Les gens dans l’enveloppe, et les émotions qu’on y trouve

Ce qui est dur quand on lit, c’est d’arriver à arbitrer le temps et le plaisir.

Quand je lisais Les gens dans l’enveloppe, je ne voulais jamais m’arrêter : les yeux rivés sur la page, dévorant les mots sans intention d’abandonner une phrase en cours de route, il aurait fallu que le temps ne m’interrompe jamais, que ma vie s’arrête au profit de ma seule lecture.

Mais le souci que l’on rencontre à cet égard, c’est le fait de lire trop vite, et d’être alors parvenu-e trop rapidement à la fin, là où le livre nous abandonne, nous laisse sans accroche et sans filet pour aborder l’après.

Deux semaines après avoir fini ce livre, je reviens dessus, en espérant en avoir digéré l’essence ou l’essentiel.

Isabelle-Monnin-Les-Gens-dans-l-enveloppe-J.-C.-Lattes

Résumer ce qui me touche dans le projet d’Isabelle Monnin c’est comme vouloir expliquer le goût d’un aliment : c’est tellement particulier que je ne peux que énumérer des mots valises un peu vides de sens : personnel, poétique, suspendu, intime, bienveillant, lumière et obscurité, intemporel, charnel, doux… sont les quelques mots qui me viennent à l’esprit pour définir cet ouvrage.

Isabelle Monnin écrit sur des gens, qu’elle ne connait pas et qu’elle va rencontrer. Elle achète sur le Bon Coin un lot de photos de famille, et imagine la vie de ces gens, à partir de ce qu’elle voit, de ce qu’elle perçoit et de ce que son esprit peut déduire.

Elle se met ensuite en quête de ces Gens, les vrais, celleux qui possèdent ces visages devenus personnages. Elle les rencontre, et nous raconte ce qu’iels sont dans la deuxième partie du livre.

Son meilleur ami, Alex Beaupain, chanteur et compositeur, par ailleurs lui-même intéressant pour sa propre carrière, a écrit les chansons issues des personnages d’Isabelle Monnin, en a chanté certaines, et en a fait chanter aux vraies personnes dont on apprend la vie.

Les gens dans l’enveloppe c’est donc un roman « tranche de vie » et une enquête, écrite de la main touchante de vérité d’Isabelle Monnin, et un CD prolongement d’Alex Beaupain.

Ce roman parle d’abandon, de peines de cœur, de tendresse et d’amour, de l’amitié qui se crée sur une proximité de vécu, du rapport charnel à l’autre, de peurs que l’on refoule et qui font renaître des blessures.

« Jamais je ne lui dis que je l’aime. Dire Je t’aime, c’est se souvenir d’un temps où je ne t’aimais pas, c’est envisager celui où je ne t’aimerai plus. Dire Je t’aime serait donner une fin à l’amour.

Je lui donne l’infini silence de mon amour. »

De tout ce qui se dit avec peine et que l’on comprend à demi-mot, Isabelle Monnin exprime la profondeur et la puissance. De par sa sensibilité et son empathie, elle nous transporte dans le domaine de l’invisible, non sans faire couler quelques larmes.

Ses personnages, c’est aussi un peu elle, l’écrivaine, qui nous partage dans la deuxième partie du livre, son rapport aux êtres, à son roman :

« Je suis à la fois les gouffres de Laurence, les élans de Michelle et les renoncements de Simone. L’abandon est une plaie, une tentation et un inéluctable dénouement. Elles sont ainsi, ces 3 femmes, bien que mes soeurs : des enveloppes où mettre à l’abri mes pensées.

J’aimerai savoir leur être d’une fidélité de rivière. »

Les chansons d’Alex Beaupain, enfin, permettent de quitter le livre en douceur, de dire adieu une dernière fois à ces gens, à qui l’on finit par être attaché, et ces personnages, si remplis d’humanité que l’on se retrouve derrière chacune de leurs émotions.

Pour toustes celleux qui aiment la musique des mots, la poésie de la vie et les jolies rencontres, je conseille vivement ce livre qui a été une grande claque littéraire comme je n’en avais pas eu depuis longtemps.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s